Le rôle et la place de la société civile dans le Grand Est : deuxième rencontre plénière du Conseil économique social et environnemental régional et de la Conférence Régionale des Conseils de développement du Grand Est

Ce 4 mai se réunissaient, à Mulhouse, le Ceser et les Conseils de développement du Grand Est pour une nouvelle séance de travail commun, après celle du 17 janvier dernier à Metz. Cette fois, l’objectif était d’entrer concrètement dans la phase d’élaboration du Livre Blanc sur le rôle et la place de ces instances dans le débat public, dont la publication est prévue à l’automne prochain.

Revenant sur le constat préalable d’un système politique qu’ils jugent à bout de souffle, les représentants de la société civile, organisée à l’image du Ceser ou au sein des Conseils de développement, se sont efforcés de dépasser ce sentiment de résignation, sinon de repli, pour replacer le citoyen au centre des discussions.

Autour de quatre ateliers, les participants à la séance de travail à Mulhouse ont ainsi échangé sur les questions de démocratie participative, de son organisation, du rôle de leurs instances entre citoyens et élus politiques… Elles sont donc des lieux d’ingénierie citoyenne, de recherche de qualité démocratique au service des élu-e-s et du commun, convaincues de l’importance de leur présence, de leur propre force de proposition et de leur valeur créative.

« Le rôle de nos instances est de favoriser une démocratie créative, apaisée, à partir d’une intelligence collective au service d’un projet de société. C’est en tout cas, je crois, ce dont nous avons tous besoin aujourd’hui  », expliquent Dominique Valck et Philippe Aubert, respectivement présidents du Conseil de développement du grand Nancy et de Mulhouse Agglomération.

Pour Patrick Tassin, Président du Ceser Grand Est, « l’appropriation et l’assemblage des réflexions menées lors de cette rencontre permettront à cette initiative, originale et inédite, de renforcer la place de la société civile dans la gouvernance territoriale. C’est-à-dire d’en assurer la légitimité, sans pour autant retirer celle des élus. Il s’agit bien, au contraire, de la réaffirmer par le lien avec le citoyen. »

Et pour cela, tous les participants en conviennent, il y a urgence à agir…