Dans le cadre des Agoras du CESER Grand Est, le Conseil économique social et environnemental régional a organisé un après-midi de débats, jeudi 11 mai 2017 au Centre Pompidou-Metz, sur le thème « Les habitants et la culture : consommateurs ou citoyens ? »

La création artistique et les activités culturelles en général sont encore trop souvent perçues par une partie de la population comme ne faisant pas partie de leur quotidien. « Ce n’est pas pour moi », entend-on parfois de la part de personnes qui ont l’impression que la culture est réservée à des « experts » et des « professionnels », dans un monde clos.

Le renforcement ces dernières années de la démocratie participative sur tous les territoires et le développement de nouveaux usages beaucoup plus horizontaux et moins hiérarchisés, induits par le numérique, ont renforcé l’implication citoyenne dans la culture comme dans l’ensemble des autres activités. Et si l’action publique de la culture, de soutien à la création et au patrimoine, trouvait une nouvelle légitimité par la participation active de tous les citoyens ?

Pour le CESER, la Culture, c’est à la fois, et pour le moins, l’émancipation des peuples, une expression de la démocratie, la possibilité de se construire, une voie d’accès à une société multiculturelle, mais aussi un élément important de développement économique et de l’emploi (35 000 dans le Grand est), et un vecteur d’attractivité territoriale essentiel.
Aujourd’hui, les droits culturels posent bien des questions auxquels les intervenants de ce jour ont tenté de répondre : parle-t-on de droit à la culture, c’est-à-dire à l’accès aux services et prestations culturelles ? Parle-t-on du droit à l’expression culturelle, à la reconnaissance des valeurs de la culture, des cultures, à la dignité des individus et à la reconnaissance des pratiques, des modes d’expression, à l’action citoyenne ?

Le débat était organisé autour de deux grandes thématiques : la situation des politiques culturelles aujourd’hui, la perte de leur influence ainsi que la baisse des crédits ; la mise en œuvre des droits culturels. Ces temps d’échanges ont notamment eu lieu en présence de : :
- Xavier Bertrand, Président de la Région des Hauts-de-France, ancien Ministre
- Catherine Trautmann, Vice-présidente de l’Eurométropole de Strasbourg, ancienne Ministre
- Pascal Mangin, Président de la commission culture de la Région Grand Est
- Héla Fattoumi, chorégraphe, codirectrice du CCN de Franche-Comté à Belfort avec Eric Lamoureux
- Jean-Damien Collin, Délégué général Grand-Est de la Fondation de France

L’animation était assurée par Eric Fourreau Directeur des Éditions de l’Attribut et de la revue NECTART

Charles Tordjman a conclu cette journée par ces mots empruntés à Victor Hugo :
"Je l’attesterai, je l’écrirai, et je le dirai sans cesse : il faut s’aimer, s’aimer, s’aimer ! Les heureux doivent avoir pour malheur les malheureux. L’égoïsme social est un commencement de sépulcre. Voulons-nous vivre, mêlons nos cœurs, et soyons l’immense genre humain. Marchons en avant, remorquons en arrière. La prospérité matérielle n’est pas la félicité morale, l’étourdissement n’est pas la guérison, l’oubli n’est pas le paiement. Aidons, protégeons, secourons, avouons la faute publique et réparons-la. Tout ce qui souffre accuse, tout ce qui pleure dans l’individu saigne dans la société, personne n’est tout seul, toutes les fibres vivantes tressaillent ensemble et se confondent, les petits doivent être sacrés aux grands, et c’est du droit de tous les faibles que se compose le devoir de tous les forts. J’ai dit."

Retrouver ci-dessous l’intervention de Patrick Tassin en préambule à cette journée.