Avis du 22 mars 2018

Le Projet Régional de Santé constitue la feuille de route de l’ARS pour les 10 ans à venir. Il est décliné en deux Schémas Régionaux de Santé de 5 ans. Il définit les priorités de la politique régionale de santé dans ses différents champs (prévention, médecine de ville, médico-social et hospitalier) et dans une logique de parcours de santé. Cet avis fait suite à la saisine du Conseil régional sur son propre examen du Projet régional de Santé 2018-2028 (PRS 2).

Le CESER rappelle que la santé est une notion globale, qui intègre non seulement la question des soins mais également celles liées à la prévention, aux parcours de santé, aux structures médico-sociales, à l’environnement, à la réduction des inégalités territoriales et sociales… L’articulation de la politique de santé avec les autres politiques publiques, qui agissent sur les conditions de vie des habitants, est essentielle afin de développer des environnements favorables à la santé en milieu scolaire, au travail et dans les différents lieux de vie.
Le CESER aurait souhaité que l’examen du PRS 2 par le Conseil régional soit plus étayé, notamment sur son rôle et sa responsabilité en matière de santé. Le CESER encourage le Conseil régional à amplifier une démarche ambitieuse et volontariste de mise en cohérence de l’ensemble des politiques régionales qui permettront d’atteindre les objectifs du PRS 2.
Dans son avis, le CESER précise que la problématique de l’accès à la santé ne se résume pas uniquement à la question de la démographie médicale, ou à l’inégalité territoriale, mais doit également s’appréhender en termes d’inégalités sociales d’accès aux soins. Il attire l’attention du Conseil régional sur le déficit de professionnels dans le domaine sanitaire et social et regrette, notamment, que le lien entre l’environnement et la santé ne fasse pas l’objet d’un point d’attention particulier.