Dans un monde en mutation constante, où la rapidité d’évolution du numérique ne cesse de s’accroître, le CESER s’interroge, prospecte et propose un regard vigilant sur la transformation digitale de la société. Entre transition numérique et fracture territoriale, la place de l’équité numérique pour le territoire s’inscrit comme un challenge et le déploiement des infrastructures numériques se pose comme une nécessité urgente, en ce qu’il participe, parmi d’autres aspects, au désenclavement des territoires ruraux.
Au-delà de l’importance des infrastructures, et interpellé par la généralisation de notre mobilité digitale, le CESER propose des pistes de réflexions aux politiques et décideurs. Ces pistes sont portées sur les contenus à mettre en place, sur la formation des citoyens, sur une plus grande maîtrise des usages et la coordination nécessaire entre les acteurs publics et privés.
Elles résultent d’un travail d’imprégnation de la culture numérique sur le terrain à travers les “laboratoires” que sont les tiers lieux, les fablabs, les espaces de coworkings, les totems de la French Tech. Au regard des succès et problèmes que peuvent rencontrer celles et ceux qui portent la « voix du numérique », et malgré une grande disparité dans l’accès au numérique selon les territoires, le CESER affirme que la région Grand Est est riche d’atouts, de succès et de situations émergentes à valoriser.
Elle est donc capable de conquérir des parts de marché en jouant sur une stratégie collective et collaborative, associée à ses partenaires frontaliers, permettant à chacun, dans le même temps, de trouver sa place.
L’Assemblée consultative dans son rapport de juin 2017 préconise donc un engagement volontariste, et complétera son étude par un second rapport à paraître en novembre 2017.